Le Pays de la Rose

Présentation

En quittant Marrakech vers le sud-est, on franchit la barrière du Haut Atlas par la route du Tizi-n-Tchika (« col des pâturages » situé à 2 260 m d’altitude). A partir de Ouarzazate, vers le sud et vers l’est, les vallées se succèdent.

Vallée des roses Située aux pieds de l’Atlas, entre kelaa (dont le nom veut dire « la forteresse des M’Gouna) et Boulmane du Dadès , le long de l’oued Dades et dans la vallée étroite de l’asif M’Goun. Dans ces vallées se succèdent de petits villages en terre, dont la richesse se cache dans des jardins invisibles de la route : les rosiers dont l’odeur se propage partout entre avril et mai. Vous pourrez également y admirer de nombreuses kasbahs. C’est une culture d’appoint pour les populations locales qui les plantent en haies buissonnantes pour délimiter les parcelles des vergers. Après cueillette, elles sont mises à sécher à l’intérieur des kasbahs ou livrées dans les distilleries de El-Kelaa M’Gouna ou bien exportées vers Marrakech, Casa et l’étranger.

La Rosa Damascena, qui résiste au froid et à la sécheresse, aurait été introduite par des pèlerins de retour de la Mecque au X° siècle. Cultivée pour la consommation locale, sous forme d’eau de rose, comme pour l’exportation et l’industrie du parfum, on en récolte annuellement trois à quatre mille tonnes, au cours d’une semaine qui se clôture par le superbe moussem des Roses. Le tajine à la rose se fait en laissant mariner la viande dans une décoction de pétales de roses, pendant plusieurs heures, ou même une nuit. Ensuite, on fait cuire la viande de la façon habituelle, longtemps, en évitant les épices trop fortes. Un vrai délice ! En revanche la confiture de roses n’est pas de la région, elle se déguste à Fès.

Les gorges du Dades Paysages de gorges remarquables ; de curieuses formations en conglomérat, résultat du ravinement des parois calcaires forment de véritables sculptures dans les tons ocre et rouge. Tout au long de la route des kasbahs en terre dont certaines sont bien préservées. En approchant de Msemrir les gorges se rétrécissent et la route en lacets surplombe de profonds ravins.

Les gorges du Todra Autour de Tinghir s’étend une des plus belles et des plus verdoyantes vallées du sud du Maroc, oasis dans laquelle on retrouve les palmiers. On y trouve aussi une des plus grandes concentrations d’architecture en terre : ksours, kasbahs, marabouts. Au-dessus de Tineghir, la route offre un panorama sur le massif du Saghro avant de pénétrer dans les gorges du Todra. Ce canyon de 18 kms constitue un des hauts lieux de l’escalade au Maroc et dans le monde. La qualité de la roche y est exceptionnelle. L’assif Todra coule dans une faille formée de hautes falaises calcaires qui dominent jusqu’à 300 m.

Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain